Changement effrayant

Anne Hathaway & Jim Sturgess - Un Jour

Anne Hathaway & Jim Sturgess – Un Jour

Après avoir passé deux ans et demi dans la même ville, on commence à avoir ses petites habitudes. On connait les endroits à fréquenter, ceux à éviter, on sait où trouver le prix le plus avantageux lorsque l’on cherche un produit bien spécifique, on rencontre de nouvelles personnes, on se sépare de certaines, des relations se font pendant que d’autres se défont.
À la suite d’un hiver glacial mais cependant très calme, je décidai qu’il était temps pour moi de dépoussiérer ma chronique tout en faisant un peu le ménage dans ma vie sentimentale.
Pendant ce temps là, de l’autre côté du centre ville, Clara vivait toujours avec Louis et ce depuis maintenant presque deux ans. Tout se passait bien entre eux, malgré certaines craintes éprouvées par mon amie…
Celle-ci n’avait pas encore fini ses études, à l’inverse de son compagnon qui lui était bien lancé professionnellement parlant. Elle avait construit tant de choses avec lui et avait peur que tout cela s’écroule en devant partir dans un autre endroit pour ses obligations. Louis lui avait toujours dit qu’elle ne devait pas s’handicaper concernant ses études et sa réussite, que quoi qu’il adviendrait il serait toujours là pour elle et la soutiendrait à cent pour cent dans ses choix. Mais Clara commençait à avoir la boule au ventre. Sa dernière année de BTS était sur le point de s’achever et pour l’instant, toutes les débouchées qu’elle envisageait se trouvaient dans d’autres villes. Elle gardait néanmoins l’espoir de trouver un travail en alternance ici pour avoir un fort point d’accroche avec sa vie d’aujourd’hui.
Plus tard chez moi, je me suis mis à réfléchir sur le sujet…
Lorsque l’on a 21 ans et que l’on est lancé dans la spirale infernale des études supérieures, on est en proie au changement. Deux ou trois ans dans un premier endroit, deux ans de plus dans un autre et parfois même le reste de sa vie ailleurs.
On dit que le changement peut être bon, mais comment ne peut-il pas nous faire souffrir lorsque l’on est attaché à la vie que l’on a avant que celui-ci se produise ?
J’étais attaché à ma petite vie actuelle, j’aimais mon appartement, mes amis et je devenais triste lorsque je me mettais à penser au moment où je devrais quitter tout ça, même si il me restait encore un an et demi avant que cela n’arrive.
J’étais tout de même adepte de la pensée positive, je prônais depuis très longtemps la "carpe diem attitude", c’est pourquoi il valait mieux vivre l’instant présent, profiter de tout ce qui s’offrait à moi pour le moment plutôt que de m’effrayer en pensant à ce que j’allais devoir laisser.
Dans la vie, nous nous fixons nous même nos propres objectifs. Parfois, il n’est pas rare que nous devions passer par des moments désagréables pour les atteindre, mais ces temps difficiles sont vite oubliés, car on est réconforté une fois le peloton d’arrivée dépassé.

Publié dans Chronique | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , | Poster un commentaire

Ventes et rencontres en ligne

sex2.jpg_effected

Les sites de rencontres peuvent-ils être à tous les coups source de passion amoureuse ?

Lundi dernier en fin d’après midi, excédé par la météo et sa pluie interminable, j’ai décidé qu’il me serait probablement plus favorable de rebrousser chemin et d’abandonner ma petite "promenade boutiques" hebdomadaire. Et puis en surfant sur le net, je suis arrivé sur un site de  chaussures en ligne, munis d’excellents modèles, de prix abordables, d’un système d’échange et de remboursement très pratique et le must du must : de frais de port gratuits !
Inutile de vous dire que je ne pus résister. J’avais beau entasser mes autres paires dans ma penderie, une énième allait tout de même y faire son apparition et ce, sous 48 heures !
Normalement, j’ai beaucoup de mal avec les achats en ligne, surtout lorsqu’il s’agit des vêtements et des souliers. Souvent les tailles ne sont pas les bonnes et c’est toujours un véritable parcours du combattant pour échanger ou se faire rembourser. Mais là, j’étais sûr de la pointure car j’avais récemment fait l’acquisition d’un autre modèle de la marque dans une boutique de ma rue.
Plus tard chez moi, je me suis mis à établir un parallèle entre les sites d’achats sur internet et les rencontres.
En matière de relations amoureuses, il ne faut pas se leurrer, les équivalents sont déjà bien implantés sur le marché. Meetic, Adopte Un Mec, E-Darling et j’en passe…
Le problème de ces sites homonymes relationnels, c’est qu’une fois les transactions effectuées, il est impossible d’envisager un éventuel arrangement.
Lorsque ces plateformes vous amènent sur des rencards foireux, des blind-dates repoussants, ou juste sur de vulgaires plans-cul, vous ne pouvez pas penser "échange" ou "remboursement" et vous finissez par vous faire baiser, à défaut même de vous envoyer en l’air…
J’avais une idée bien conçue des sites de rencontres. C’était certes de merveilleux outils de communication pour les rencontres, un moyen facile pour des personnes ne pouvant pas chasser en terres réelles (par soucis de temps, d’argent ou souvent d’âge).
Mais à la différence des sites de vente en ligne, il faut tester un bon paquet d’ "articles" avant de tomber sur celui qui nous correspond vraiment.
Une question un peu folle se frotta à mon esprit : à quand les agences matrimoniales en ligne avec frais de port offerts toute l’année et échanges ou remboursements inclus ?
En attendant ce jour béni, j’en restais au même point, à savoir détenteur d’un avis vraiment mitigé concernant ces nouveaux réseaux de l’amour. Mais qui sait ? Peut-être que cela était sur le point de changer…

Publié dans Chronique | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Un commentaire

En rupture (de stock ?)

Footwear addiction

Footwear addiction

Hier après midi, avant de commencer la rédaction de ma chronique hebdomadaire, j’ai voulu remettre à l’ordre du jour ma bonne vieille théorie qui dit que le shopping, et plus précisément l’achat d’une nouvelle paire de chaussures, peut stimuler la créativité et l’inspiration d’un auteur.
Cela tombait plutôt bien, car j’avais repéré trois semaines au paravant une petite paire de citadines en daim dans une boutique à quelques mètres de mon appartement.
Une fois dans le magasin, j’ai eu le droit d’entendre les pires mots de toutes l’histoire du shopping et qu’un acheteur compulsif ne doit jamais entendre : "veuillez nous excusez, nous ne les avons plus en 44 " ou encore "de plus, ce modèle-ci est en rupture de stock"…
Dans ces moments là, deux options s’offrent à vous : soit vous vous mettez à pleurer, soit vous rebroussez chemin, le visage déçu avec une boule vraiment très amère dans le ventre.
Mais cette fois-ci, sentant la boule au ventre arriver, et ne souhaitant pas m’avouer vaincu par un quelconque petit stock merdique, je décidai d’inspecter les autres modèles de la marques, dans l’espoir d’en trouver un qui me plairait plus. J’avais également une théorie concernant ce genre de situation : ne jamais choisir un article moins bien que celui convoité au départ, ne jamais acheter quelque chose afin de ne pas repartir les mains vides, ce qui au passage, s’appliquait aussi sur le plan relationnel.
Cette petite règle ayant fait son retour dans mon esprit, je continuais de regarder les autres chaussures, lorsque soudain, j’en vis une encore plus belle. Celles-ci s’avérèrent par la suite être disponibles dans ma pointure, j’étais aux anges. Une fois chaussées, elle m’allaient à la perfection, je ne réfléchis plus et les pris. Et une fois en caisse, excellente surprise, elles étaient moins chères que les autres. Dans l’excitation causée par leur disponibilité, j’en avais oublié de regarder leur prix.
Quelques heures plus tard, alors que j’étais à peine rentré d’un dîner entre amis dans le centre ville, je me suis mis à penser aux ruptures de stocks.
Il faut croire que le mot "rupture" apporte rarement de bonnes nouvelles lorsqu’il est employé. Une coupure sèche et brutale, que ce soit au niveau d’un stock de marchandises ou dans une relation amoureuse, c’est toujours déplaisant pour le consommateur principal…
Une question me tarabustait : comment faire face à une rupture ?
Sans m’en rendre compte, j’avais trouvé la réponse à ma question par moi même. Il avait suffit que je détourne mon attention sur une autre paire de chaussures, qui a mes yeux était encore plus intéressante.
En matière de relations c’est pareil, on vainc le mal que provoque une rupture en rencontrant une nouvelle personne qui surpasse celle s’étant initié précédemment dans notre vie amoureuse.

Publié dans Chronique | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Poster un commentaire

Comptabilité amoureuse

Lire la suite

Publié dans Chronique | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Poster un commentaire

Légère schizophrénie lors de débuts relationnels

Lire la suite

Publié dans Chronique | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Poster un commentaire

Quand mauvais comportement rime avec solitude relationnelle

Lire la suite

Publié dans Chronique | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Poster un commentaire

De la crise du célibat au ciblage relationnel

Lire la suite

Publié dans Chronique | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Poster un commentaire